• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 29 avril 2009

Archives pour 29 avril, 2009

Bachelot…vache-lot ?

bonjouror.gif

*

*

Ce mardi 28 avril…toutes les professions médicales et para-médicales des hôpitaux furent dans la rue : professeurs, chirurgiens, médecins, infirmières, brancardiers, aides-soignantes etc…

*

Bachelot...vache-lot ? dans Economie 0chu5Le mouvement, initié à Paris s’étend sur toute la France.
La manifestation de ce-jour :
- se double d’un appel à la grève du
Mouvement de Défense de l’Hôpital Public (MDHP)
- est soutenu par les syndicats hospitaliers.

Nouveau : les chefs de Services ont pris la tête de cortèges ;
exemples : le professeur Debré et le professeur Frydman  à Paris
(départ à la Tour Montparnasse en direction du Sénat…qui examinera le projet Bachelot le 11 mai. HPST/Hôpital-Patients-Santé et territoires).
Par ailleurs le professeur Bernard Granger s’est réjouit :
« C’est historique, les médecins et les autres personnels vont défiler ensemble avec les mêmes revendications ».

Bien entendu querelle des chiffres à l’issue de la journée !
Pour les organisateurs 20.000 personnes ont participé.

0acelot.jpg

Pour le Ministère de la Santé les personnels dans la rue émanaient à  51% de l’Assistance Publique des hôpitaux de Paris (700 suppressions de postes en 2009)  mais seulement 10% des personnels étaient mobilisés…

L’appel des 25 semblent avoir réveillé toutes les branches du secteur…Reproches principaux :


0chu7 dans Politique- « caler l’hôpital sur l’entreprise »
*
- donner les rênes de l’établissement à un « directeur n’ayant aucune compétence médicale »
*

- « organiser des suppressions massives/injustifiées d’infirmiers et aides soignants ».

« C’est la première fois en 37 ans de carrière que je vais être gréviste et manifester » 
(Pr François  Pierce vice-président de la coordination des médecins hospitalo-universitaires)

Significatif que l’ancien ministre socialiste de la santé, Claude Evin, appuie la réforme ?
« absolument nécessaire »… »au final quelqu’un doit trancher et c’est le directeur ».
Qui dit que gauche-droite ce n’est pas pareil ?


Un peu paradoxal…que Jean-Pierre Raffarin et le professeur Debré,  UMP  , fassent entendre des voix discordantes ?

Que pensez-vous de l’approbation du Collectif d’associations d’usagers de la santé  (CISS) ? :
« Le landerneau médical se mobilise pour conserver ses pouvoirs ».

 

   0eve40.bmp

Reste à espérer les défilés : 1er mai et  journée de grève générale du 16 mai… avec une participation unitaire-record !

————————————————————————————————-

arma16 dans SanteLe sujet du jour étant axé sur les problèmes rencontrés dans les hôpitaux…j’aurais voulu vous présenter une vidéo sur ceux  rencontrés au Caire  lors des raids meurtriers d’Israél sur la Bande de Gaza… 

La vidéo n’ayant pas daigné paraître…
j’y ai vu un clin d’oeil du destin…rappelant que parfois « il faut rire pour ne pas pleurer » et continuer la longue marche parmi les bourreaux-les éclopés…ceux qui détournent les yeux…

Alors essayons de sourire…avec la suivante…

Image de prévisualisation YouTube

 

 

              a6120 dans Social

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Les soupirs et mimiques de la Ministre de la Santé…ne sont-ils pas autant indécents que le rire de Rachida Dati ? (http://monutopie.unblog.fr/2009/04/28)

******************************************************************

*Appel des 25 « 

En 1958, la grande réforme menée par le Professeur Robert Debré allait permettre à la médecine française de devenir en 30 ans « la meilleure du monde ».

Cinquante ans plus tard, le Parlement va-t-il voter la loi « Bachelot » qui porte en elle la disparition de cette médecine hospitalière au profit d’une médecine mercantile ? Le maître-mot n’est plus la santé mais la rentabilité. La préoccupation centrale n’est plus le malade mais le compte d’exploitation de l’hôpital. Et les premières victimes en seront les patients et les soignants.

Cette loi cale l’hôpital sur l’entreprise. Elle donne tous les pouvoirs au Directeur de l’Hôpital, nommé et révoqué par le Directeur de l’Agence Régionale de Santé, lui-même nommé et révoqué par le Conseil des Ministres. Ce directeur pourra n’avoir aucune compétence médicale ou en santé.C’est pourtant lui qui arrêtera le projet médical de l’hôpital. Lui aussi qui nommera et révoquera les médecins responsable des structures de soins (pôles, départements, services…).

Sur quels critères ?

La tarification des actes est semblable dans les secteurs privé et public – comme si les pathologies et la continuité des soins y étaient comparables ! La pensée marchande dont se prévaut cette loi réduit le qualitatif au quantitatif, le malade au tarif de sa maladie.

Dans le même temps on organise des suppressions massives et injustifiées d’emplois d’infirmières et d’aides-soignants.

Bien sûr, l’hôpital public doit être réformé. Mais certainement pas de cette manière.

Il faut repenser l’organisation hospitalière pour répartir de manière harmonieuse sur le territoire, sans redondance, les stuctures de soins et les spécialités en prenant en compte aussi leur niveau de technicité et l’accueil des urgences ; organiser la continuité des prises en charge au fur et à mesure de l’évolution du type de soins que demandent les malades.

Il faut réfléchir aux nouveaux métiers de la médecine ; prendre en compte la nécessaire pluridisciplinarité ; reconnaître et valoriser les actes des infirmières et des personnels paramédicaux (psychologues, diététiciennes, orthophonistes, etc.) ; promouvoir la prévention, le dépistage, l’éducation thérapeutique.

Il faut impliquer toutes les unités de soins hospitalières dans des activités de recherche structurées et adosser les orientations cliniques à un projet médical qui ne soit pas fondé sur la rentabilité mais d’abord sur les besoins de la population, l’évolution prévisible des grandes questions de santé publique, l’avancée des connaissances et des progrès technologiques.

Il faut un financement, propre à l’hôpital, qui tienne compte de l’innovation, de la lourdeur des pathologies, de la précarité, des handicaps de la vie.

A cet effort-là, source de progrès et de solidarité, tous les médecins et personnels hospitaliers sont prêts à souscrire. Mais pas à cette loi destructrice et injuste.

Soyons clairs. Si cette loi n’est pas amendée, elle s’appliquera sans nous, médecins et chirurgiens de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. Demain, côte à côte, et pour la première fois, infirmières, agents hospitaliers et administratifs, médecins seront dans la rue. Preuve que les mentalités ont changé, que l’union est faite pour que soit supprimé le volet hospitalier de la loi « Bachelot » et pour que s’ouvre enfin un débat à la hauteur de l’enjeu : il est encore temps et il est urgent d’organiser les Etats Généraux de l’hôpital public.

Les 25 signataires

Pr. Basdevant, endocrinologue, Pitié Salpetrière

Pr. Bourgeois, rhumatologue, Pitié Salpetrière

Pr. Bousser, neurologue, Lariboisière

Pr. Brochard, anesthésiste réanimateur, Henri Mondor

Pr. Dubourg, cardiologue, Ambroise Paré

Pr. Fischer, pédiatre, Necker Enfants Malades

Pr. Franco, chirurgien digestif, Antoine Béclère

Pr. Frydman, gynécologue obstétricien, Antoine Béclère

Pr. Gaudric ophtalmologue, Lariboisière

Pr. Gluckman, hématologue, Saint Louis

Pr. Godeau, médecin interniste, Henri Mondor

Pr. Grimaldi, diabétologue, Pitié Salpetrière

Pr. Guillevin, médecin interniste, Cochin

Pr. Kieffer, chirurgien vasculaire, Pitié Salpetrière

Pr. Kuttenn, gynécologue médicale, Pitié Salpetrière

Pr. Lyon-Caen, neurologue, Pitié Salpetrière

Pr. Mariette, rhumatologue, Bicêtre

Pr. Menasche, chirurgien cardiaque, Georges Pompidou

Pr. Musset, radiologue, Antoine Béclère

Pr. Niaudet, pédiatre, Necker Enfants Malades

Pr. Sahel, ophtalmologue, Hôpital des Quinze-Vingts

Pr. Sedel, chirurgien orthopédiste, Lariboisière

Pr. Valla, hépatologue, Beaujon

Pr. Varet, hématologue, Necker

Pr. Vernant, hématologue.

              a6120



Bienvenue

Osee2 est la suite de
'Osee - Pourquoi pas
(osee continue, autrement)

Puissiez-vous trouver votre visite intéressante par la mise en évidence d'un fait qui vous touche...dans mes articles quotidiens.


Bonne lecture !

Merci de donner votre avis (commentaires).

Auteur:

osee2

Articles récents

SONDAGE

PALESTINE

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

  • Album : Palestiniens martyrisés
    <b>0yau6.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Le voyage

O cerveaux enfantins !
Pour ne pas oublier la chose capitale,
Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché,
Du haut jusques en bas de l'échelle fatale,
Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché

*********

Amer savoir celui qu'on tire du voyage !

.........

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s'il le faut. L'un court, et l'autre se tapit
Pour tromper l'ennemi vigilant et funeste,
Le temps ! Il est, hélas ! des coureurs sans répit

Baudelaire

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Par delà le bien et le mal

"Ce qui me bouleverse,
ce n'est pas que tu m'aies menti,
c'est que désormais je ne pourrai plus te croire"

Nietzsche

ELCIIS

Qui suis-je maintenant, moi qui parle ? Je suis
Un vieux homme qui va sur la route.....
Je suis cet horrible inconnu
Qu'on nomme le passant et le premier venu ;
Je suis la grande voix du dehors ; et les choses
Que je dis, et qui font blémir vos fronts moroses,
Sont celles qu'à vos pieds tout un peuple vivant
Rêve et pense, et qu'emporte au fond des cieux le vent.

Victor Hugo

L’ennemi, c’est le capitalisme

En considérant les conditions de l'offre et de la demande comme des données et en faisant de l'intervention de l'Etat un mal ultime, l'idéologie du laisser-faire a efficacement condamné la redistribution des revenus ou de la richesse.

Je veux bien admettre que les tentatives de redistribution contrarient l'efficacité des mécanismes du marché, mais faut-il pour autant s'abstenir de toute tentative en la matière ?

La foi en la raison a conduit aux excès...nous devons être assez raisonnables pour reconnaître que la raison a ses limlites...

Le temps est venu d'élaborer un cadre conceptuel fondé sur notre faillibilité.

Là où la raison a échoué, cette faillibilité peut réussir.

SOROS

QUI A DIT ?????

...fait appel à des sentiments simples mais forts :
la révolte contre l'injustice, le sens de la dignité et de la solidarité humaine, l'amour de la vérité, la foi en l'homme et en ses capacités, le goût des grandes entreprises et d'abord en la plus belle de toutes :
libérer les travailleurs d'une exploitation séculaire en donnant à tous les exploités...les moyens de leur propre émancipation.

*
Projet du Parti socialiste
(Pour la France des années 80/p33)

revolutionblogger |
Non à la fermeture du CREPS... |
sectionlocalepslvsr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahmed remaoun
| Fabrice FRICHET
| LE BLOG EDUCATIF