Archives pour la catégorie poeme


123456

DIEU…Respirable ?

*

DIEU...Respirable ? dans poeme bonjouror

*

0a291.jpg

*
***
*

DIEU

*
***
*

Ici l’épouvante me prit.
- Oh ! criai-je, démon, prophète, archange, esprit,
Spectre, qui que tu sois, emporte, emporte, emporte
Mon être où tu voudras, ton aile est la plus forte !
Ébloui, haletant, éperdu, je te suis !

Jette, si tu le veux, l’homme vil que je suis.
Jette-moi, vivant, mort, que je veuille ou je dorme
Sur le sommet terrible, insubmersible, énorme,
Qui sort de toute l’ombre et de toute la nuit !
Mais prends pitié de moi puisque tu m’as conduit.

*

0a14.gif

*

Que l’âme puisse vivre à ce faite adorable !
Qu’elle ne meure pas. Fais un Dieu respirable !

*
Victor Hugo

*

bonmercifinjuin dans Religion

DIEU…bouquiniste ?!

*

DIEU...bouquiniste ?! dans poeme bonjouror

*

0a1.jpg0a27.jpg0a30.jpg

*
***
*

Quelle chimère as-tu l’audace de couver ?
Pourquoi viens-tu rôder ici ? Crois-tu trouver
Quelque part un Olympe, un Ararat, un Pinde
Et refaire une Egypte, une Chaldée, une Inde ?
Es-tu de ceux qui font commerce habituel
Avec un bréviaire, avec un rituel ?

…/…

*

0abougie6.gif0a40.gif0a077.jpg

*

Espères-tu trouver dans l’ombre un  formulaire
Du gouffre, contenant l’heure, le temps, le lieu.
A telle page l’âme, à telle page Dieu ?
Crois-tu dans notre nuit rencontrer des mêlées
De dogmes, de rayons, de choses révélées ?
Es-tu, parle, un croyant de bibles ? un de ceux
Qui cherche l’éternel dans un sanscrit chanceux ?
Supposes-tu que Dieu passe son temps à faire
Des testaments qu’il jette ensuite à votre sphère ?
Des règlements disant : – Vis de cette façon.
Tel jour, mange la chair, et, tel jour le poisson.
L’Amérique n’est pas n’étant point révélée.
Qu’à jamais Josué rature Galilée !
Dis, te figures-tu l’esprit humain ancré
Dans quelque texte au fond d’un papyrus sacré ?
Bible, ou Korah ? prends-tu Dieu pour un bouquiniste !

…/…

VOIX
(XV)

*

0a14.gif

*
***
*

bonmercifinjuin dans Religion

Quel DIEU ?

*

Quel DIEU ? dans poeme bonjouror

*

***
*

0a32.jpg0a32.jpg0a32.jpg

*
***
*

Et d’abord, de quel Dieu veux-tu parler ? Précise.
Quel est celui tient ta pensée indécise ?
Dis, est-ce du Dieu peint en jaune, en rouge, en bleu ;
Habitant un triangle où flambe un mot hébreu ;
Face dorée au fond d’une nuée épaisse ;
Portant couronne, étole, et glaive, et sceptre ; espère
D’empereur, habillé d’un habit de soleil,
Ayant au poing le globe et Satan sous l’orteil.

…/…

Est-ce du Dieu qui veut la chanson pour prière,
Qu’on invoque en trinquant, Dieu bon vivant, qui rit,
Comprend, sait que la chair est faible, a de l’esprit ;
Dieu point fâcheux qui vit en bonne intelligence
Avec les passions de votre pauvre engeance,
Excusant le péché, l’expliquant au besoin.

…/…

Dis, est-ce le dieu guèbre, est-ce le dieu mormon
Qu’il te faut ? Ou le dieu qui fit rouer Labarre ?
Vois. Choisi. Ou le Dieu qui donne au turc barbare
Des femmes plein la tombe et plein le firmament ?

…/…

L’homme abject a besoin,
Étant méchant, d’un juge, et, hideux, d’un témoin ;
Il veut un Dieu. C’est bien. L’homme prend de la brique
De la pierre, du plomb du bois et le fabrique :
Chaque peuple a le sien ; et la religion
A l’Unité pour masque et pour nom Légion.

…/…

*

0a15.gif

*

Et toi qui passes là, que veux-tu donc ?

Et moi :
- Je veux le nom du vrai, criai-je plein d’effroi.
Pour que je le redise à la terre inquiète.

Les Voix
(VI)

*

0a14.gif

*

bonmercifinjuin dans Religion

L’ESPRIT humain…

*

L'ESPRIT humain... dans poeme bonjouror

*

Pendant la dizaine de jours
séparant les deux fêtes chrétiennes

ASCENSION & PENTECÔTE

*

0a1.jpg0a27.jpg0a30.jpg

*

je vous proposerai des vers sur les interrogations spirituelles de
Victor Hugo

*

0a71.jpg

*

Passant,
Écoute. Tu n’as vu jusqu’ici que des songes.
Que de vagues lueurs flottant sur des mensonges,
Que les aspects confus qui passent dans les vents
Ou tremblent dans la nuit pour vous autres  vivants.
Mais maintenant veux-tu d’une volonté forte
Entrer dans l’infini, quelle que soit la porte ?
Ce que l’homme endormi peut savoir, tu le sais.
Mais, esprit, trouves-tu que ce n’est pas assez ?
Ton regard, d’ombre en ombre et d’étage en étage,
A  vu plus d’horizon…En veux-tu davantage ?
Veux-tu, perçant le morne et ténébreux réseau,
T’envoler dans le vrai comme un sinistre oiseau ?
Veux-tu derrière toi laisser tous les décombres,
Temps, espace ; et, hagard, sortir des branches sombres ?
Veux-tu, réponds, aller plus loin qu’Amos  n’alla.
Et plus avant qu’ Esdras et qu’Elie, au delà
Des prophètes pensifs et des blancs cénobites.
Percer l’ombre, emporté par des ailes subites ?
…/…

*

0a15.gif

*

Veux-tu, flèche tremblante, atteindre enfin la cible ?
Veux-tu  toucher le but, regarder l’invisible
L’innommé, l’idéal, le réel, l’inoui ;
Comprendre, déchiffrer, lire ? être un ébloui ?
…/…

0a291.jpg


Oui ! criai-je. Et je sentis
Que la création tremblait comme une toile ;
Alors, levant un bras et, et d’un pas de son voile,
Couvrant tous les objets terrestres disparus,
Il me toucha le front du doigt, et je mourus.

L’esprit Humain
(conclusion)

*

0a14.gif

*

bonmercifinjuin dans Religion

Parce que…

0aba1258.gif0aba1258.gif0aba1258.gif

 

 

Parce que tu m’as parlé de vice…

*

Tu m’as parlé de vice en ta lettre d’hier
Le vice n’entre pas dans les amours sublimes
Il n’est pas plus qu’un grain de sable dans la mer
Un seul grain descendant dans les glauques abîmes

Nous pouvoir faire agir l’imagination
Faire danser nos sens sur les débris du monde
Nous énerver jusqu’à l’exaspération
Ou vautrer nos deux corps dans une fange immonde

Et liés l’un à l’autre en une étreinte unique
Nous pouvons défier la mort et son destin
Quand nos dents claqueront en claquement panique
Nous pouvons appeler soir ce qu’on dit matin

…/…

Apollinaire
(Poèmes à Lou)

*

angedemon123356981680gros.gif

Ils sont deux combattants…

0noel51.gif 

*

…/…

Ils sont deux combattants. Le combat, c’est le monde.

L’un, qui mêle à l’azur sa chevelure blonde,
Est l’ange ; il est celui qui, dans le gouffre obscur,
Apporte la clarté, le lyse, le bonheur pur ;
du monstre aux pieds hideux il traverse les toiles ;
Sur sa robe frissonne un tremblement d’étoiles ;
Il est beau ! Semant l’être et le germe aux limons,
Allumant des blancheurs sur la cime des monts,
Et pénétrant d’un feu mystérieux les choses,
Il vient, et l’on voit l’aube à travers ses doigts roses ;
Et tout rit ; l’herbe est verte et les hommes sont doux.

abc4.gif

 

L’autre surgit à l’heure où pleurent à genoux
Les mères et les soeurs, Rachel, Hécube, Electre ;
Le soir monstrueux fait apparaître le spectre ;
Il sort du vaste ennui de l’ombre qui descend ;
Il arrêt la sève et  fait couleur le sang ;
Le jardin sous ses pieds se change en ossuaire ;
De l’horreur infinie il traîne le suaire ;
Il sort pour  faire faire aux ténèbres le mal ;
Morne, en l’être charnel comme en l’être aromal
Il pénètre ; et, pendant qu’à l’autre bout du monde,
Abattant les rameaux du crime qu’il émonde,
L’éblouissant Ormus met sur son front vermeil
Cette tiare d’or qu’on nomme le soleil,
Lui, sur l’horizon noir, sinistre, à la nuit brune,
Se dresse avec le masque horrible de la lune,
Et jetant à tout astre un regard de côté,
Rôde, voleur de l’ombre et de l’immensité.

…/…

V. HUGO
(Dieu)

*

0abarreneoll.gif

 

O mon Dieu…

angelelemiah122089531706gros.gif

*

O mon Dieu, vous m’avez blessé d’amour
Et la blessure est encore vibrante,
O mon Dieu, vous m’avez blessé d’amour.

O mon Dieu, votre crainte m’a frappé
Et la brûle est encor là qui tonne,
O mon Dieu, votre crainte m’a frappé.

O mon Dieu, j’ai connu que tout est vil
Et votre gloire en moi s’est installée,
O mon Dieu, j’ai connu que tout est vil.

Noyez mon âme aux flots de votre Vin.
Fondez ma vie au Pain de votre table,
Noyez mon âme au flots de votre vin.

…/…

VERLAINE
(Sagesse)

*

0noelo2.gif

NOEL …un Dieu ?

0anoel301112.gif

*
***
*

Que viens-tu demander à ce monde nocturne ?
Un dieu ! Pourquoi viens-tu plonger ta main dans l’urne ?
Job en tire Satan et Mahomet Iblis.
Les goufres ont-ils Dieu dans leurs profonds oublis ?
Ce Dieu sert-il de centre à leurs circonférences ?
Le voit-on à travers leurs sombres transparences ?
Ou bien est-ce Tout, cette âpre immensité.
Ce ciel, que vous prenez pour une volonté ?

Sont-ce ces profondeurs, ces vents, ces fondrières.
Ces forêts de nuées aux livides clairières.
Ces éléments, ces nuits, ces mornes régions.
Que vous appelez Dieu dans vos religions ?
Avez-vous pour mirage, ô fils du cimetière,
De voir la chose Dieu sous la chose Matière ?
Est-ce Dieu qui paraît, quand s’enfuit l’alcyon ;
Quand l’hydre de l’écume entre en convulsion ;
Quand partout on entend dans la sombre nature
Comme un bruit d’ouragan brisant une mâture,
Quand le ciel lamentable éclate en tristes voix ;
Quand le nuage accourt ; quand les bêtes des bois
Tremblent ; quand les lions hagards, baissent la tète
Sous des écrasements d’éclairs et de tempête ?
Est-ce lui que la mer appelle en sa clameur ?
Qui jette dans l’azur des chiffres et des nombres,
De la graine d’abîme éclose en larves sombres,
Des vivants comme nous qui te semblent des morts,
Des esprits comme toi qui nous semblent des corps,
Et qui voit, dans le champ des espaces sonores,
Ondoyer des épis d’étoiles et d’aurores ?

Qui peut  répondre oui ? qui peut répondre non ?
Un geôlier rôde-t-il autour du cabanon ?

Qu’importe ! Vis. Tais-toi. Vas-t-en. Aime ton père,
Ta mère et tes enfants. Qui cherche désespère.

*
HUGO
Les Voix

*

bonjourdieu.gif

Abel et Cain

abc4.gif

*

 

Race d’Abel, dors, bois et mange ;
Dieu te sourit complaisamment.

Race de Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.

Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du Séraphin !

Race de Caïn, ton supplice
Aura-t-il jamais une fin ?

Race d’Abel, vois tes semailles
Et ton bétail venir à bien ;

Race de Caïn, tes entrailles
Hurlent la faim comme un vieux chien.

Race d’Abel, chauffe ton ventre
A ton foyer patriarcal ;

Race de Caïn, dans ton antre
Tremble de froid, pauvre chacal !

Race d’Abel, aime et pullule !
Ton or fait aussi des petits.

Race de Caïn, coeur qui brûle,
Prends garde à ces grands appétits.

Race d’Abel, tu crîs et broutes
Comme les punaises des bois !

Race de Caïn, sur les routes
Traîne ta famille aux abois.

…/…

Baudelaire
(Les fleurs du mal)

*

0a2244.jpg

*

0bob9.gif

O temps ! suspend ton vol

O temps ! suspend ton vol  dans poeme barreflrs 

*

LE LAC

*
…/… 
  Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

*

 Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

*

Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

*

 Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !

*

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?
…/…

Lamartine

*

bonjour1111 dans poeme

*

Autres poèmes du dimanche
http://osee.unblog.fr/files/2009/11/29
http://osee3.unblog.fr/files/2009/11/29

*


123456

Bienvenue

Osee2 est la suite de
'Osee - Pourquoi pas
(osee continue, autrement)

Puissiez-vous trouver votre visite intéressante par la mise en évidence d'un fait qui vous touche...dans mes articles quotidiens.


Bonne lecture !

Merci de donner votre avis (commentaires).

Auteur:

osee2

Articles récents

SONDAGE

PALESTINE

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

  • Album : Palestiniens martyrisés
    <b>0yau6.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Le voyage

O cerveaux enfantins !
Pour ne pas oublier la chose capitale,
Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché,
Du haut jusques en bas de l'échelle fatale,
Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché

*********

Amer savoir celui qu'on tire du voyage !

.........

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s'il le faut. L'un court, et l'autre se tapit
Pour tromper l'ennemi vigilant et funeste,
Le temps ! Il est, hélas ! des coureurs sans répit

Baudelaire

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Par delà le bien et le mal

"Ce qui me bouleverse,
ce n'est pas que tu m'aies menti,
c'est que désormais je ne pourrai plus te croire"

Nietzsche

ELCIIS

Qui suis-je maintenant, moi qui parle ? Je suis
Un vieux homme qui va sur la route.....
Je suis cet horrible inconnu
Qu'on nomme le passant et le premier venu ;
Je suis la grande voix du dehors ; et les choses
Que je dis, et qui font blémir vos fronts moroses,
Sont celles qu'à vos pieds tout un peuple vivant
Rêve et pense, et qu'emporte au fond des cieux le vent.

Victor Hugo

L’ennemi, c’est le capitalisme

En considérant les conditions de l'offre et de la demande comme des données et en faisant de l'intervention de l'Etat un mal ultime, l'idéologie du laisser-faire a efficacement condamné la redistribution des revenus ou de la richesse.

Je veux bien admettre que les tentatives de redistribution contrarient l'efficacité des mécanismes du marché, mais faut-il pour autant s'abstenir de toute tentative en la matière ?

La foi en la raison a conduit aux excès...nous devons être assez raisonnables pour reconnaître que la raison a ses limlites...

Le temps est venu d'élaborer un cadre conceptuel fondé sur notre faillibilité.

Là où la raison a échoué, cette faillibilité peut réussir.

SOROS

QUI A DIT ?????

...fait appel à des sentiments simples mais forts :
la révolte contre l'injustice, le sens de la dignité et de la solidarité humaine, l'amour de la vérité, la foi en l'homme et en ses capacités, le goût des grandes entreprises et d'abord en la plus belle de toutes :
libérer les travailleurs d'une exploitation séculaire en donnant à tous les exploités...les moyens de leur propre émancipation.

*
Projet du Parti socialiste
(Pour la France des années 80/p33)

revolutionblogger |
Non à la fermeture du CREPS... |
sectionlocalepslvsr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahmed remaoun
| Fabrice FRICHET
| LE BLOG EDUCATIF