Archives pour la catégorie poeme


123456

Sécurité du penseur ? O Kant…

aleshanee122960311691gros.gif 

*

***

*

O Kant, l’âne est un âne et Kant n’est qu’un esprit.

Nul n’a jusqu’à présent, hors Socrate et le Christ,
Dans l’abîme où le fait infini se consomme,
Compris l’ascension ténébreuse de l’homme.
A force de songer ton oeil s’est éclairci :
Plane plus haut encore et tu sauras ceci :

*

Tout marche au but ; tout sert ; il ne faut pas maudire.
Le bleu sort de la brume et le mieux sort du pire ;
Pas un nuage n’est au hasard répandu ;
Pas un pli du rideau du temple n’est perdu ;
L’éternelle splendeur lentement se dévoile !
Laisse passer l’éclipse et tu verras l’étoile !
Le tas des cécités, morne, informe, fatal,
A l’éblouissement pour faîte et pour total ;
Le Verbe a pour racine obscure les algèbres
Les pas mystérieux qu’on fait dans les ténèbres
Sont les frères des pas qu’on fera dans le jour ;
L’essor peut commencer par l’aile du vautour
Et se continuer avec l’aile du cygne ;
Et, même par le mal, par les fausses leçons,
Par l’horreur , par le deuil, ô Kant, nous avançons.
…/…

*********
*****
*

Victor Hugo
(L’âne)

*****

*

poem197.gif

Demain, dès l’aube

 barrefleurs.gif

*

***

*

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la campagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

*

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

*

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur.
Et quand j’arriverai, je mettrai sur la tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
***

*
Victor Hugo
(3 septembre 1847)

*****

***

*

bonange2.gif

Baudelaire

bonjour27.gif

*** 

CORRESPONDANCES

*******
*****
***

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

*

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme  la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

*

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

*

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens
Qui chantent les transports de l’espoir et des sens.

*****
***
*

 

 

poem47.gif

 

 

Sagesse …XV

bienvenue9.gif

*****

***

*

La mer est plus belle
Que les cathédrales,
Nourrice fidèle,
Berceuse de rales,
La mer sur qui prie
La Vierge Marie !

*

Elle a tous les dons
Terribles et doux :
J’entends ses pardons
Gronder ses courroux…
Cette immensité
N’a rien d’entêté.

*

Oh ! si patiente,
Même quand méchante !
Un souffle ami hante
La vague, et nous chante :
« Vous sans espérance,
Mourez sans souffrance ! »

*

Et puis sous les cieux
Qui s’y rient plus clairs,
Elle a des airs bleus,
Roses, gris et verts…
Plus belle que tous,
Meilleure que nous !

***

VERLAINE
(Bournemouth, 77)

 *****

***

*

bonademain66.gif

L’ espionne

barref.gif

***

 

Pâle espionne de l’Amour
Ma mémoire à peine fidèle
N’eut pour observer cette belle
Forteresse qu’une heure un jour

*

Tu te déguises…A ta guise
Mémoire espionne du coeur
Tu ne retrouves plus l’exquise
Ruse et le coeur seul est vainqueur

*

Mais la vois-tu cette mémoire
Les yeux bandés prête à mourir
Elle affirme qu’on peut l’en croire
Mon coeur vaincra sans coup férir.

*****
***
*

Apollinaire

*****
***
*

poem197.gif

Tristesse finale

barre50.gif

***
*

Ce monde est un brouillard, presque un rêve ; et comment
Trouver de certitude en ce gouffre où tout ment ?
Oui, Kant, après un long acharnement d’étude,
Quand vous avez enfin un peu de plénitude
Un résultat quelconque à grand frais obtenu,
Vous vous sentez vider par quelqu’un d’inconnu.
Le mystère, l’énigme, aucune chose sûre.
Voilà ce qui vous boit le pensée, à mesure
Que la science y verse un élément nouveau ;
Et vous vous retrouvez avec votre cerveau
Toujours à sec au fond des problèmes funèbres.
Comme si quelque ivrogne effrayant des ténèbres
Vidait ce verre sombre aussitôt qu’il s’emplit.

*

O vain travail ! science, ignorance, conflit !
Noir spectacle ! un chaos auquel l’aurore assiste !
L’effort toujours sans but, et l’homme toujours triste
De ce qu’est le sommet auquel il est monté,
Comparant la chimère à la réalité,
Fou de ce qu’il rêvait, pâle de ce qu’il trouve !

Victor Hugo
(L’âne)

 

bonjour111.gif

 

Alcools

barre969696.gif 

*

*

ANNIE
*****
*

Sur la côte du Texas
Entre Mobile et Galveston il y a
Un grand jardin tout plein de roses
Il contient aussi une villa
Qui est une grande rose

*

Une femme se promène souvent
Dans le jardin toute seule
Et quand je passe sur la route bordée de tilleuls
Nous nous regardons

*

Comme cette femme est mennonite
Ses rosiers et ses vêtements  n’ont pas de boutons
Il en manque deux à mon veston
La dame et moi suivons presque le même rite

*****
***
*

Apollinaire

bonjoiurang.gif

Clotilde

barre77.gif 

*

***

*

L’anémone et l’ancolie
Ont poussé dans le jardin
Où dort la mélancolie
Entre l’amour et le dédain

*

Il y vient aussi nos ombres
Que la nuit dissipera
Le soleil qui les rend sombres
Avec elles disparaîtra
*

Les déités des eaux vives
Laissent couler leur cheveux
Passe il faut que tu poursuives
Cette belle ombre que tu  veux

*

Apollinaire

fenetre4.bmp

La cicatrice

o9.gif

***

*

Une croûte assez laide est sur la cicatrice.
Jeanne l’arrache, et saigne, et c’est là son caprice
Elle arrive, montrant son doigt presque en lambeau.

- J’ai, me dit-elle, ôté la peau de mon bobo.

Je la gronde, elle pleure,  et la voyant en larmes

Je deviens plat. – Faisons la paix, je rends les armes,
Jeanne à condition que tu me souriras

Alors, la douce enfant s’est jetée en mes bras,

Et m’a dit, en son air indulgent et suprême :

- Je ne me ferai plus de mal, puisque je t’aime.

Et nous voilà contents, en ce tendre abandon,
Elle de ma clémence et moi de son pardon.

L’art d’être grand-père
Victor Hugo
25 juin 1875

billounettebillounette122281134423art.gif

Ophélie

nousdeux122509540785gros1.gif

*

* 

Sur l’onde calme et  noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélie comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles…
 On entend dans les bois lointains des hallalis.

*

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

*

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s’inclinent les roseaux.

*

Les nénuphars froissés soupirent autour d’elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d’où s’échape un petit frisson d’aile ;
- Un chant mystérieux tombe des astres d’or.

Rimbaud
***
**
*

effe.gif


123456

Bienvenue

Osee2 est la suite de
'Osee - Pourquoi pas
(osee continue, autrement)

Puissiez-vous trouver votre visite intéressante par la mise en évidence d'un fait qui vous touche...dans mes articles quotidiens.


Bonne lecture !

Merci de donner votre avis (commentaires).

Auteur:

osee2

Articles récents

SONDAGE

PALESTINE

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

  • Album : Palestiniens martyrisés
    <b>0yau6.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Le voyage

O cerveaux enfantins !
Pour ne pas oublier la chose capitale,
Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché,
Du haut jusques en bas de l'échelle fatale,
Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché

*********

Amer savoir celui qu'on tire du voyage !

.........

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s'il le faut. L'un court, et l'autre se tapit
Pour tromper l'ennemi vigilant et funeste,
Le temps ! Il est, hélas ! des coureurs sans répit

Baudelaire

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Par delà le bien et le mal

"Ce qui me bouleverse,
ce n'est pas que tu m'aies menti,
c'est que désormais je ne pourrai plus te croire"

Nietzsche

ELCIIS

Qui suis-je maintenant, moi qui parle ? Je suis
Un vieux homme qui va sur la route.....
Je suis cet horrible inconnu
Qu'on nomme le passant et le premier venu ;
Je suis la grande voix du dehors ; et les choses
Que je dis, et qui font blémir vos fronts moroses,
Sont celles qu'à vos pieds tout un peuple vivant
Rêve et pense, et qu'emporte au fond des cieux le vent.

Victor Hugo

L’ennemi, c’est le capitalisme

En considérant les conditions de l'offre et de la demande comme des données et en faisant de l'intervention de l'Etat un mal ultime, l'idéologie du laisser-faire a efficacement condamné la redistribution des revenus ou de la richesse.

Je veux bien admettre que les tentatives de redistribution contrarient l'efficacité des mécanismes du marché, mais faut-il pour autant s'abstenir de toute tentative en la matière ?

La foi en la raison a conduit aux excès...nous devons être assez raisonnables pour reconnaître que la raison a ses limlites...

Le temps est venu d'élaborer un cadre conceptuel fondé sur notre faillibilité.

Là où la raison a échoué, cette faillibilité peut réussir.

SOROS

QUI A DIT ?????

...fait appel à des sentiments simples mais forts :
la révolte contre l'injustice, le sens de la dignité et de la solidarité humaine, l'amour de la vérité, la foi en l'homme et en ses capacités, le goût des grandes entreprises et d'abord en la plus belle de toutes :
libérer les travailleurs d'une exploitation séculaire en donnant à tous les exploités...les moyens de leur propre émancipation.

*
Projet du Parti socialiste
(Pour la France des années 80/p33)

revolutionblogger |
Non à la fermeture du CREPS... |
sectionlocalepslvsr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahmed remaoun
| Fabrice FRICHET
| LE BLOG EDUCATIF